Accueil > Stars du porno > Comment les actrices porno choisissent leur pseudo

Comment les actrices porno choisissent leur pseudo

11/08/2012

Ne vous êtes-vous jamais demandé comment les actrices porno choisissaient leur pseudos? Qu’est-ce qui pousse ces starlettes du X à opter pour un nom de scène plutôt qu’un autre?

-

Les Françaises, adeptes du recours aux pseudos

-

Si les Américaines n’ont généralement pas de problème à utiliser leurs véritables noms et prénoms, les actrices européennes, et tout particulièrement les Françaises, ont tendance à recourir à des pseudonymes, n’hésitant pas à opter pour des noms d’origine étrangère, le plus souvent à consonnance anglosaxone.
Hormis de rares exceptions qui assument parfaitement leur identité telles Laly Maignan – qui avant d’embrasser la carrière d’actrice porno s’était fait connaître du grand public grâce à sa participation à Secret Story, un programme de téléréalité - ou encore Célina Bara, la plupart des actrices françaises préfèrent séparer vie publique et vie privée pour des raisons qui semblent évidentes, car il n’est pas toujours facile pour elles ou pour leur entourage d’assumer une activité bien souvent décriée voir stigmatisée.
Vous remarquerez également que la plupart des actrices porno empruntent des noms faisant penser de près ou de loin à des marques connues, ce qui n’est pas toujours de goût de ces dernières qui apprécient moyennement d’être associées, même indirectement, au cinéma porno.
C’est ainsi le cas avec les actrices Clara Morgane, Julia Channel, Axelle Mugler, Lou Charmelle, Karen Lancaume ou encore Estelle Desange, dont le nom d’actrice rappelle celui de marques de prêt à porter, de haute couture, de lingerie mais encore de cosmétiques ou de produits capilaires, sans oublier la bimbo aux gros seins, Lolo Ferrari, née Eve Vallois. Le célèbre constructeur automobile italien du même nom avait d’ailleurs intenté une action contre l’intéressée pour utilisation d’une marque déposée mais n’avait pas obtenu gain de cause, Lolo Ferrari ne faisant qu’utiliser le nom de son grand-père maternel.

-

Des choix de pseudos qui font parfois des étincelles

-

En revanche, certaines n’ont pas cette chance et doivent cesser d’utiliser le nom d’actrice qu’elles avaient choisi pour débuter leur carrière. Ce fut notamment le cas pour celle que l’on ne présente plus, Katsumi ou plutôt devrait-on dire Katsuni, qui depuis 2007 n’a plus le droit de s’appeler Katsumi.
Suite à un procès qu’elle a perdu contre une dénommée Mary Katsumi, dont le quotidien était rendu difficile du fait qu’une actrice porno porte le même nom qu’elle, la belle Eurasienne a dû modifier son pseudo. Désormais, il faut donc l’appeler Katsuni.
Puisque l’on évoque la belle Katsuni, vous remarquerez que la plupart des actrices d’origine asiatique telles que Bamboo ou Katsuni optent en général pour des pseudos très exotiques.
Pour le reste, les actrices porno françaises apprécient par dessus-tout emprunter des noms qui pourraient laisser penser qu’elles sont américaines.

-

Les noms anglophones privilégiés par les actrices X

-

Entre les Tabatha Cash dont le vrai nom Céline Barbe est beaucoup moins sexy, Anaïs Hills, Maeva Blue, Alison Ray ou Angel Summers, on a vraiment l’impression d’être aux Etats-Unis.
Parmi elles, quelques unes n’ont pas hésité à choisir des noms déjà utilisés par d’autres personnalités célèbres. C’est ainsi que la grande famille du cinéma porno français abrite dans ses rangs des starlettes du appelées Lisa Crawford ou Nina roberts, dont les noms nous rappellent un célèbre top model et une grande actrice, mais encore Tiffany Hopkins qui n’est pourtant pas, comme on pourrait le penser, apparentée à l’acteur Anthony Hopkins, célèbre interprète d’Hannibal Lecter dans le Silence des Agneaux. Sans compter Maud Kennedy qui n’a elle non plus rien à voir avec la célèbre famille de politiciens originaires de la côte Est des Etats-Unis.
Mais si les filles sont adeptes du style made in USA, les mecs ne sont pas en reste puisque bon nombre d’acteurs porno utilisent eux-aussi des pseudos à consonnance anglaise.
Mais du côté des garçons on relèvera principalement deux tendances puisque d’un côté il y a ceux qui se la jouent stars américaines, comme Ian Scott ou Phil Hollyday, et d’un autre il y a ceux qui font plutôt dans le second degré, rappelant par la même occasion que le cinéma X est avant-tout une histoire de cul, les plus célèbres d’entre-eux étant sans conteste John B. Root ou Fred Copula.

-

 

Les commentaires

Pas d'image pour cet utilisateur

Video-2-cul.com
Soyez le premier à poster un commentaire pour cet article

 

Commenter cet article

Poster mon commentaire

Vous devez être connecté
pour commenter les
articles