Accueil > Sexualité > Envie d’une fessée?

Envie d’une fessée?

12/06/2012

Adeptes de la fessée, du baillon et des petites humiliations en tous genre, vous allez être servis et certainement en redemander.
Si la douleur ou la domination sont des sources de plaisir pour vous, cet article est fait pour vous puisqu’aujourd’hui nous allons parler sadomasochisme.Le sadomasochisme est une pratique trop souvent fantasmée car méconnue et encore taboue.


Pourtant le SM ne se limite pas qu’aux clichés couramment répandus du maître sanglé dans une combinaison de cuir qui fouette allègrement un esclave entravé par des chaînes et bâillonné.
Il existe un réel lien entre les deux partenaires d’une relation SM, basée sur l’écoute et l’analyse de la personnalité de chacun. C’est un lien très subtil qui unit chacun des partenaires.

-

Une relation très spéciale entre maître et esclave

-

Dans le sadomasochisme le dominant, ou maître, tire un plaisir à faire souffrir et infliger des sévices à un dominé, l’esclave, qui jouit de cette souffrance.
C’est une pratique, je dirais même un art, complexe et poussé à l’extrême.
En fonction de sa personnalité, de ses fantasmes et de ses attentes on peut soit jouer le rôle du dominant soit être le dominé.
Pour ceux qui débutent dans le SM, l’appartenance à l’une ou l’autre de ces catégories n’est pas toujours évidente à opérer et certains tâtonneront un peu avant de trouver le rôle qui leur correspond le mieux. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des hommes ou des femmes habitués à occuper de hautes responsabilités dans leur travail, ou être réputés avoir une forte personnalité, devenir de pauvre petites choses fébriles et suppliantes sous le joug d’un maître ou d’une maîtresse.
Il ne faut donc pas se fier ni aux apparences ni aux a priori.

-

Comment jouer le jeu

-

En règle générale, le sadomasochisme se pratique dans un donjon. Tous les clubs spécialisés en possèdent un. Mais libre à chacun d’en installer un chez soi, dans une pièce réservée à cet effet.
D’ailleurs, certains maîtres ou maîtresses exercent leur art à domicile.
Que trouve-t-on dans un donjon? Tout d’abord la fameuse croix de Saint-André sur laquelle le maître attache son esclave.
Sont également mis à disposition des accessoires servant à attacher et entraver le soumis tels que des menottes, des baillons, des chaînes et des cordes.
Viennent ensuite les accessoires indispensables à toute bonne punition: fouet, martinet et cravache pour celles et ceux qui n’auront pas été sages. Vous pouvez vous procurer ce genre d’accessoires sur le site Accessoirs-sm

Le maître utilisera tous les moyens qui s’offrent à lui pour humilier et contraindre son esclave, le plaisir étant au prix de cette relation entre domination et humiliation. Il n’y a rien de plus excitant pour un maître que de savoir que son esclave résiste, se débat et n’accepte pas la souffrance sans avoir préalablement lutté. Pourtant il peut arriver d’être en présence d’un soumis qui en redemande toujours plus et qui ne sait pas s’arrêter. Il faut alors gérer la situation avec beaucoup de subtilité.
N’ayons pas peur des mots, une vraie séance SM peut avoir quelque chose de très dérengeant pour des non avertis. Le dominé, qui se trouve le plus souvent dans des positions humiliantes, subit toutes sortes de sévices allant de l’insulte aux coups en passant par l’insertion d’objets divers dans les orifices.
Mais il est essentiel d’avoir un lien de confiance très fort entre les partenaires qui se livrent à ce genre de petit jeu. Et la réussite d’une séance est au prix du respect de certaines règles.

-

Le respect d’un code de conduite

-

Il existe ce que l’on appelle un contrat, écrit ou oral, entre maître et esclave dans lequel sont fixées les limites de ce qui est autorisé pendant la séance.
C’est ainsi qu’est décidé le déroulement d’une séance, à savoir quels objets seront utilisés et comment, si oui ou non il y aura des traces de coups ou de sévices, car imaginez un peu la tête de madame qui découvrrait que son mari a le corps couvert de marques de cravache ou de brûlures à la cire de bougie! La séance de torture pourrait alors être pire que celle passée entre les mains de sa domina.
Les partenaires conviennent également ensemble d’un mot ou d’une expression, appelé safe word, qui fera cesser la séance dès que la victime le demandera, car le consentement du dominé est essentiel à toute séance de domination.
Si celui-ci ne veut plus jouer, il convient d’arrêter immédiatement.
Si le dominé est baillonné et ne peut donc pas parler, il est alors nécessaire de trouver un code qui sera mimé.

Il est également rare dans le sadomasochisme qu’il y ait rapport sexuel avec pénétration.
Toujours est-il que si les parenaires conviennent d’un rapport sexuel, il devra être protégé.
Un maître ne peut pas imposer un rapport non protégé à son esclave. Il ne doit pas non plus, sous couvert du lien de domination qui existe entre lui et le dominé, le prêter à d’autres dominateurs sans son consentement préalable.
Le SM répond à des règles, des codes. Ce ne doit en aucun cas être un défouloir pour sadique névrosé ou en mal de sensations. C’est pourquoi un bon maître saura en général faire preuve de beaucoup de psychologie et d’une grande capacité d’observation et d’écoute. Il n’oubliera pas non plus que si le soumis devient esclave c’est parce qu’il y a consenti. Cette domination ne résulte pas de l’unique volonté du maître.

Alors si vous vous sentez attirés par la pratique du sadomasochisme, vous pouvez vous rendre sur des forum spécialisés qui vous en apprendront plus sur cette pratique. Je vous conseille pour cela la rubrique sadomasochisme du forum Doctissimo, qui présente de façon détaillée les pratiques SM. Vous y trouverez des témoignages de maîtres et de soumis qui vous donneront peut-être envie de les rejoindre.
Et à toutes fins utiles, pour être pleinement conscients de ce à quoi vous vous exposez avec le SM et surtout des dérives qui peuvent en découler, je ne saurais que trop vous conseiller d’aller faire un tour sur le site www.bdsm-ou-abus.org
Si après cela vous vous sentez prêt à sauter le pas, sachez qu’il existe des séances d’initiation afin de vous faire découvrir le plaisir d’une relation entre maître et esclave sans brûler les étapes.

Les commentaires

Pas d'image pour cet utilisateur

Video-2-cul.com
Soyez le premier à poster un commentaire pour cet article

 

Commenter cet article

Poster mon commentaire

Vous devez être connecté
pour commenter les
articles