Accueil > Actualité > Les scandales politico-sexuels

Les scandales politico-sexuels

20/07/2012

Depuis l’affaire DSK, ou plutôt devrions-nous dire les affaires DSK, il semblerait que le calme soit revenu du côté de la vie de nos chers politiciens.
Serait-ce parce que le battage autour de l’ancien directeur du FMI a généré un tel tollé que les hommes politiques ont décidé de se calmer?
Ou ont-ils tout simplement décidé de se faire plus discrets, surveilant ainsi mieux leurs arrières?

-

Les orgies de Silvio Berlusconi

-

Il faut dire que depuis qu’un certain Sylvio Berlusconi a quitté les écrans radars du monde politique, les choses paraissent bien calmes, lui qui nous avait habitués aux récits endiablés des fameux bunga bunga, ces soirées libertines auxquelles étaient conviées de superbes mannequins et escorts.
L’une d’elle, Ruby, est d’ailleurs devenue une vraie starlette en Italie depuis que ses liens avec le Cavaliere ont été rendus publics.
Ce bon vieux Sylvio, jamais avare de frasques sexuelles, était très friand de soirées sexy où les filles se déguisaient en soubrettes, en infirmières ou autres, pour son plus grand plaisir ainsi que celui de ses invités, uniquement masculins, bien entendu.
Depuis que Sylvio n’est plus au pouvoir en Italie et que l’austère Mario Monti s’atèle à redresser le pays, l’économie se porte beaucoup mieux mais on s’ennuie ferme.
Plus une seule frasque du facétieux Sylvio à se mettre sous la dent, bien que les procès actuellement en cours, dont celui concernant le Ruby Gate, continuent de nous abreuver quotidiennement de révélations croustillantes et de détails scabreux de la part de certains témoins.
Dans cette affaire, Silvio Berlusconi est jugé pour avoir rémunéré les prestations sexuelles de la désormais célèbre Ruby, mineure à l’époque des faits, entre janvier et mai 2010, et d’avoir outrepassé ses pouvoirs de Président du Conseil en appelant la police de Milan pour la faire libérer après son interpellation dans une sombre affaire de vol.
Si le Cavaliere nous avait habitués à un exercice du pouvoir plutôt tapageur et bling bling lorsqu’il était chef du gouvernement italien, il semble depuis avoir pris du plomb dans l’aile, laissant penser que sa carrière politique est désormais loin derrière lui.
Si jamais il passe par la case prison, sans possibilité de sauter son tour, il lui restera toujours les joyeux souvenirs des parties fines auxquelles ils nous avaient habitués.

-

Les hommes politiques français sont aussi touchés

-

Pour en revenir au début du sujet, ne croyez pas qu’on a zapé ce cher DSK.
Nous le gardions juste au chaud pour plus tard.
Il faut dire que Dominique Strauss Kahn ne nous a pas rendu la tâche facile et qu’on s’y perd un peu avec toutes les affaires de moeurs dans lesquelles son nom apparaît.
Bon, tout d’abord, l’affaire du Sofitel. Il faut dire que sur ce coup-là, il a fait fort. Nombreux parmi vous doivent être de ceux qui ont appris avec surprise il y a à peine plus d’un an, que DSK avait été arrêté dans le cadre d’une accusation de viol et de séquestration. Quelle douche froide.
Les détails et rebondissements de l’affaire auraient pu rendre n’importe quel soap opéra complètement terne et insipide à côté du quotidien du big boss du FMI. La mésaventure New Yorkaise de notre homme politique n’a-t-elle pas par ailleurs inspiré les scénaristes de la série policière New York District pour un épisode diffusé en France la semaine dernière?
Et de l’autre côté de l’Atlantique, si le procureur de l’Etat de New York a abandonné les poursuites au pénal, le procès civil qui reste d’actualité, pourrait lui coûter très cher.

Pour la peine, DSK aura quand même réussi l’exploit d’associer son nom à celui du Sofitel. Mais pas sûr que le groupe Accor en soit enchanté.
Mais si cet homme, parmi les plus influents du monde à l’époque, s’est retrouvé sous les projecteurs dans le cadre de l’agression présumée de Nafissatou Dialo, cela ne doit pas nous
faire oublier qu’il avait déjà frôlé le scandale sexuel avec une autre affaire de moeurs, l’affaire Piroska Nagy.
En effet, en 20008, il avait été contraint de reconnaître avoir eu une relation extra-conjugale dans le cadre de ses fonctions de directeur du FMI avec l’une de ses collaboratrices, Piroska Nagy. Le scandale avait été évité de justesse et DSK avait dû se fendre d’un mea culpa sur la place publique.
Comme tout bon pénitent qu’il était, prêt à s’auto-flageller sur la place publique, il avait même juré qu’on ne l’y reprendrait plus.
On pensait alors en avoir terminé avec les déclarations chocs au sujet de la vie cachée de mister DSK après ces deux affaires, mais c’était sans compter sur un rebondissement ultime car nous voilà à nouveau plongés dans une affaire d’hôtel, le Carlton de Lille cette fois, avec son lot d’escorts et de prostituées de luxe.
Pour l’heure l’instruction suit son cours, entre révélations croustillantes et prostituées qui reviennent les une après les autres sur leurs aveux. 
Seul l’avenir nous dira si DSK réussira encore une fois à se sortir de cette mauvaise passe, sans mauvais jeux de mots, car tout le monde n’a pas la chance de s’en sortir aussi bien qu’un certain Bill clinton, alors président des Etats-Unis, vraisemblablement adepte des petites gâteries sous le bureau.

-

Les Etats-Unis, les plus sévères à l’égard des dérapages de leurs politiciens

-

L’affaire Monica Lewinsky a défrayé la chronique au cours de l’année 1998 faisant encourir au président américain une procédure d’impeachment, qui l’aurait privé de son mandat de président.
Mais cette procédure a échoué devant le Sénat permettant ainsi à Bill Clinton d’achever son second mandat.
Avant lui, le clan Kennedy avait été touché par de nombreux scandales sexuels. Le plus célèbre de ses membres, John Fitzgerald Kennedy, avait aussi dû affronter les rumeurs à propos de ses infidélités répétées.
Sa relation adultérine avec la star Marilyn Monroe n’était un secret pour personne. Marilyn entretint par ailleurs une relation avec le propre frère du président, politicien lui aussi, Robert Kennedy.
En matière de scandales sexuels, d’autres responsables politiques de haut rang ont également été éclaboussés par des accusations de viol comme Moshe Katsav, le président israélien, contraint de démissioner suite à des accusations de viol et d’abus de pouvoir mettant ainsi un terme à sa carrière politique. En 2011 il a été condamné à sept ans de prison ferme, disgrâce que n’a pas eu à connaître Jacob Zuma l’actuel président sud-africain, qui avait été accusé en 2005, alors qu’il était encore vice-président, de viol sur une jeune femme séropostive.
Contre toute attente, il avait été relaxé à la suite d’un procès retentissant.
Mais sachez que si les hommes sont les plus concernés par les scandales politico-sexuels, les femmes ne sont pas en reste même s’il est plus rare d’entendre parler d’une politicienne qui se serait compromise dans un scandale sexuel.
En 2010, Iris Robinson, députée à l’Assemblée d’Irlande du Nord et accessoirement épouse du premier minsitre Nord-Irlandais, Peter Robinson, a défrayé la chronique pour une histoire d’adultère qui a fait la une des tabloïds britanniques.
Il faut bien dire que miss Robinson n’avait pas fait les choses à moitié.
Non contente d’entretenir une liaison clandestine avec un bellâtre de 40 ans son cadet, elle n’a pas hésité à abuser de ses prérogatives politiques pour faire pression sur des promoteurs immobiliers afin qu’ils investissent des fonds dans le restaurant de son amant.
En disgrâce auprès de la classe politique, elle n’a eu d’autre choix après la révélation de ses petits secrets, que de quitter la sphère politique.
Eclaboussé par voie de conséquence par ce scandale retentissant, son époux a été également contraint de démissionner.

-

Malgré les risques, les politiciens aiment jouer avec le feu

-

Malgré la révélation d’affaires liées à des scandales sexuels, avec toutes les conséquences néfastes que cela implique pour les intéressés, les hommes politiques, cibles parfaites pour les médias et le grand public, n’hésitent pourtant pas à jouer avec le feu. De tout temps, le besoin de séduction ainsi qu’un appétit sexuel débordant semblent avoir été le corolaire de la volonté de puissance et de pouvoir des grandes figures politiques. 
Pour eux le pouvoir s’exerce tant sur le plan politique qu’en dehors et ils ont malheureusement très souvent le sentiment d’être intouchables.
Pourtant, les dernières grandes affaires nous ont démontré le contraire, avec les mises en examen et les condamnations de certains d’entre eux.

Recherches du blog de cul :

  • Les scandales sexuels des stars

Les commentaires

Pas d'image pour cet utilisateur

Video-2-cul.com
Soyez le premier à poster un commentaire pour cet article

 

Commenter cet article

Poster mon commentaire

Vous devez être connecté
pour commenter les
articles